In Actualités

Économie circulaire : système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien être des individus. (ADEME)

Le chanvre est un atout majeur pour le développement d’une économie locale, durable et circulaire. Cette plante multi-valorisable ne connaît que des co-produits et n’implique aucun déchet lors de sa première transformation. Même les poussières issues du processus de défibrage sont valorisées.

L’eau, un enjeu vital – Le chanvre, un début de réponse

Prenons la question de l’eau, évoquée en ouverture de la Rencontre Régionale Annuelle du Réseau CollECtif Grand Est (Nancy, le 12 octobre 2022) par l’Agence de l’Eau Rhin Meuse. Les tensions sur cette ressource, que ce soit en qualité ou en quantité, vont augmenter dans les années qui viennent. Afin de la préserver, plusieurs chantiers sont à l’œuvre. Parmi eux : la promotion des cultures à bas niveau d’intrant sur les zones de captage; les incitations à limiter la consommation d’eau dans les process industriels (efficacité hydrique); le soutien à l’innovation et aux technologies propres de traitement des eaux usées.

Le chanvre apporte plusieurs réponses à ces chantiers :

  • Sa culture à faible niveaux d’intrants ne nécessite l’utilisation d’aucun produit phytosanitaire. L’utilisation d’azote est deux fois inférieure à des cultures comme le blé ou le colza.
  • Son système racinaire très développé permet au chanvre de pousser sans irrigation.
  • Les procédés uniquement mécaniques employés par les usines de défibrage de chanvre en France. Ceux-ci limitent très fortement les besoins en eau de cette plante, même lors de sa première transformation industrielle.

Une plante multi-valorisable pour une économie locale et circulaire

Mais les atouts du chanvre en économie circulaire dépassent la question de l’eau et des déchets.

Ainsi que l’a expliqué Estelle Delangle pour le Pôle européen du chanvre à Nancy, le chanvre est en capacité d’apporter des solutions à de nombreuses problématiques de la transition écologique, économique et sociétale des territoires.

  • En effet, c’est une alternative à des matières premières importées, minérales, issues de la pétrochimie ou très consommatrices de ressources communes.
  • De plus, c’est une plante locale qui permet de développer les circuits courts, de créer des opportunités de réindustrialisation de certaines filières ou encore de favoriser la captation et stockage de carbone.

Chanvre et démarches d’écologie industrielle et territoriale : des synergies évidentes

Le potentiel de la ressource chanvre dans le modèle de l’économie circulaire s’est aussi confirmé lors du 6ème Congrès Ressources, organisé par le CEIA et le Réseau SYNAPSE les 19 et 20 octobre à Troyes. Un événement qui rassemble la sphère nationale de l’écologie industrielle et territoriale. L’enjeu de ces journées est de démontrer comment ces démarches peuvent apporter une réponse durable au développement des territoires.

La deuxième journée de ce rendez-vous national majeur pour les acteurs de l’économie circulaire a donné lieu à une visite de La Chanvrière, plus ancienne et principale coopérative agricole de production et de première transformation de chanvre en Europe. Cette visite a permis aux participants de toucher du doigt le potentiel transformateur du chanvre.  Ils ont également pu découvrir l’écosystème coopératif du Pôle européen du chanvre.

Ressource locale à multiples valorisations, le chanvre est donc un véritable atout écologique et économique pour le territoire. Il s’inscrit dans les démarches d’écologie industrielle et territoriale qui visent à utiliser et optimiser les ressources d’un territoire en développant des synergies entre les acteurs qui le font vivre.

Start typing and press Enter to search